Poezija Évelyne Morin

Piše: Jasna Šamić

Évelyne Morin, rođena u Tulleu, pjesnikinja, bivša profesorica književnosti, glumica u teaterskoj grupi Les Trois Clous, živi u pariškom predgrađu.

Objavila je dvadesetak djela, od kojih su posljednja Évelyne Morin, antologija, Le Nouvel Athanor, 2018, Les bois flottés du jour, Encres Vives, Soleil juste la nuit, izdanje Henry, 2019, Une lumière incertaine, izdanje Unicité, 2022, Nuit d’écrire, crtež Marie Alloy, izdanja Les Lieux-Dits, kolekcija Le Loup bleu 2023.

Umjetničke knjige: Effacement du jour (Brisanje dana), slika Colette Klein, Les Cahiers du Museur 2021 ; Psaume en noir et blanc (Psalme u crno-bijeloj tehnici), tinta Nourit Masson Sékiné, Bandes d’Artistes, izdanja Les Lieux-Dits 2021.

Sarađivala je sa brojnim francuskim i stranim časopisima, uključujući i bosanski časopis Život i Književna Sehara (časopis posvećen uglavnom balkanskoj književnosti) ; njena poezija je zastuljena u više antologija kao što su Frumdrög að draumi, Ljóð franskra skáldkvenna Anthologie islandaise de poésie féminine française, Þhór Stefánsson, Oddur, 2016.

Évelyne Morin je organizator i autor poetskog koncepta Poésie & Musique.orge (kolaboracija između MJC-a Savigny-sur-Orge i kazališne trupe Les Trois Clous) u sklopu Printemps des Poètes. Web stranica: http://evelynemorin-poesie.fr

Prevod: Jasna Šamić

Évelyne Morin, née à Tulle, poète, ancienne professeure de lettres, comédienne à la compagnie théâtrale Les Trois Clous, vit en région parisienne.

Elle a publié une vingtaine d’ouvrages, dont les derniers sont Évelyne Morin, anthologie, Le Nouvel Athanor, 2018, Les bois flottés du jour, Encres Vives, Soleil juste la nuit, éditions Henry, 2019, Une lumière incertaine, éditions Unicité, 2022, Nuit d’écrire, dessin de Marie Alloy, Les Lieux-Dits éditions, collection Le Loup bleu 2023.

Livres d’artiste : Effacement du jour, peinture de Colette Klein, Les Cahiers du Museur 2021 Psaume en noir et blanc, encres de Nourit Masson Sékiné, Bandes d’Artistes, Les Lieux-Dits éditons 2021.

Elle contribue à de nombreuses revues françaises et internationales, dont Život (revue bosnienne), et Književna Sehara (revue consacrée surtout à la littérature des Balkans), ainsi qu’à plusieurs anthologies dont Frumdrög að draumi, Ljóð franskra skáldkvenna Anthologie islandaise de poésie féminine française, Þhór Stefánsson, Oddur, 2016.

Elle assure la programmation et la conception de Poésie & Musique.orge (partenariat entre la MJC de Savigny-sur-Orge et la Compagnie Théâtrale Les Trois Clous) dans le cadre du Printemps des Poètes. Site : http://evelynemorin-poesie.fr

Smrt je bila kratka

Neznatna ležernost


Valovi će nas odvesti do svetionika
sutra ako ne bude kiše
Zadnja pjesma prema suncu
Dan je mogao ostati u noći
Mogla sam ne preći tamu straha

Onda je došla praznina
tjeskoba svršenog dana
progutanog prošlošću
nestalog s ostalim danima
Što će nam ostati
od njegovog izopačenog
nikad prepoznatljivog
izgleda

Svetionik se pali
svake noći da prepozna
dane izgubljene u moru

Na udaljenosti od
nesvanute zore
tek što je zgrabljena
sljedećim valom
već je zaboravljena poput olupine

Nikad ne znamo
hoće li sutra biti dan svetionika
Al svakog dana smo bliži
želji za bijegom
nasred mora
Daleko od zemlje

I ona je ušla u more
i nije se vratila
Tok svijesti
prestao je teći
u riječima i tišini
što su je trebale odvesti
do bljeska svetionika

Iako je noć lijepa
i puna palata
i zvukova poput
morske uspavanke

Sutra ću napisati tu riječ
I noć će zgasnuti skupa
sa danom

*To the lighthouse, Virginia Woolf

*
Galebovi stražari vjetra na litici
ocrtavaju sivo
more
Nevidljivo šuti
Kao neprobojna
Membrana

Gledati more do kraja
na vrhu litice
Nijedan drhtaj
neće poremetiti svjetlost
Sunce usklađeno sa zemljom:
izvorni horizont


Je li ponovno buđenje zime
Ono što oskvrnjuje sveto mjesto?
Zima progorjela što sebe dokrajči pod zemljom

Svijest i njen crni
dvojnik
Krug svjetlosti
Drhti ko jedro oko riječi
Stvorenje i njegova griva podsvijesti
Njegovo ime svjetlosti nemoguće je
bez smrti
Ono nevidljivo pripitomljava strah
postupno

Kakvo ime to ime
uhvaćeno u mrežu
beskonačnog vraćanja
valova ka litici
A stražari nagovještavaju granicu
između mora i neba
Tu počinje vječnost
U mirnom pogledu galebova
tih nevidljivih nadzornika

Gledaš, otvaraš i zatvaraš
reče Zeus Pandori

Gledaš
Otvaraš
Zatvaraš

Ali vidiš
uvijek
zatvorenu kutiju
iz nje bježe
ružni snovi
i ne možeš zatvoriti
priču
a da je ponovno stalno ne
otvaraš
i ne gledaš
ne gledaš
dok je ne zaboraviš
zatvoriti
da više ništa ne vidiš

tu je
uvijek
ispod kreveta
u tamnoj
sobi
dok
ne prestane
rađati se
dok koraci ne
prestanu
na stubištu
u hodniku
dok se vrata
ne zatvore
i to je kraj

Tišina više nikada neće biti u miru. Tišina se okreće i okreće u mraku, tražeći nadu u dubinama zla. “Gledaš, otvaraš i zatvaraš”, reče Zeus Pandori.

Iz zbirke “Soleil juste la nuit”
(Sunce samo noću) – Évelyne Morin

Izdavačka kuća Henry / Slobodni glasnik, 2019.

La mort a été courte

Une légèreté insignifiante

Les vagues nous mèneront au phare*
demain s’il ne pleut pas
Chant dernier face au soleil
Le jour aurait pu rester dans la nuit
J’aurais pu ne pas franchir la peur obscure

Alors ce fut le vide
la dépression du jour fini
avalé par le passé
disparu avec les autres jours
Qu’en reviendra-t-il
de son apparence
transformée
jamais reconnaissable

Le phare s’allume
chaque nuit pour reconnaître
les jours perdus en mer

À distance de l’aube
pas encore naissante
À peine happée
par la vague suivante
qu’elle est oubliée
comme une épave

Nous ne savons jamais
si demain sera le jour du phare
Mais nous approchons chaque jour
de notre désir de fuir
là-bas au milieu de la mer
Loin de la terre apparente

Elle aussi entra dans la mer
et n’en revint pas
Le flux de la conscience
avait cessé de couler
dans les mots et le silence
qui devaient l’emmener vers
la lumière du phare
Quand la nuit est belle
et pleine de palais
et de sons comme
des berceuses de mer
Demain j’écrirai ce mot …/…
Et la nuit pourra s’éteindre
avec le jour

*To the lighthouse, Virginia Woolf

*
Les goélands guetteurs du vent sur la falaise
lignent la mer
grise
L’invisible se tait
Comme une membrane
indestructible

En haut de la falaise
regarder la mer jusqu’à la fin
Aucun tremblement des signes
ne perturbera la lumière
Le soleil accordé à la terre :
l’horizon originel

Est-il la résurgence de l’hiver
celui qui souille le lieu sacré ?
L’hiver brûlé qui s’achève sous la terre.

La conscience et son double
noir
Le cercle de lumière
faseye autour de la parole
L’être et sa chevelure d’inconscient
Son nom de lumière impossible
sans la mort
L’invisible apprivoise l’effroi
peu à peu

Quel nom ce nom
pris aux filets
de l’incessant retour
des vagues contre la falaise
Et les guetteurs annoncent
la ligne de partage de la mer et du ciel
C’est là que commence l’éternité
Dans le regard tranquille des goéland
Vigiles de l’invisible

Tu regardes tu ouvres et tu refermes
dit Zeus à Pandora

Tu regardes
Tu ouvres
Tu refermes

mais tu vois
toujours
la boîte refermée
laisse échapper
les mauvais rêves
et tu ne peux refermer
l’histoire
sans la rouvrir
toujours
et voir
voir
jusqu’à oublier
de refermer
pour ne plus voir

c’est là
toujours
sous le lit
de la chambre
noire
jusqu’à ce que
cela cesse
de naître
jusqu’à ce que les pas
cessent
dans l’escalier
dans le couloir
que la porte
claque
et c’est fini

Le silence ne sera plus jamais en paix Le silence tourne et tourne dans le noir cherchant l’espérance au fond du mal Tu regardes tu ouvres et tu refermes dit Zeus à Pandora

Soleil juste la nuit Évelyne Morin

Éditions Henry / La Rumeur libre, 2019

 337 total views,  8 views today

Komentariši